dique


dique
Dique, ou Diques, En plur. f. penac. Est ce que nous disons une levée, chaussée, turcie, Agger fluminis ac maris, ou Vallum fluminis, comme les Empereurs l'appellent in l. vnica Cod. de Nili agger. non rump. Qui sert de rempar contre l'eau d'une grosse riviere, ou contre l'eau du flot et oules de la mer, qu'elle ne desborde et noye la contrée qui luy est voisine. Le mot est fort usité en Flandres, et non moins que la necessité leur est grande d'avoir foison de levées pour garantir le païs de l'inondation de la mer. Ce mot semble venir de ce Grec {{t=g}}téikhos,{{/t}} qui signifie mur, rempar, et par consequent chaulsée ou levée, par mutation de la consonante t, en d, qui est sa moyenne (selon la regle touchée ailleurs en ces Commentaires.) Car aussi les Diques sont eslevées és costes de la mer au païs de Flandres, comme murailles et rempars, pour faire teste aux flots, et inondations d'icelle. Et en plusieurs endroits est usité de revestir les chaulsées devers l'eau, de muraille bastie de grands quartiers de pierre, pour plus grande seureté et durée.

Thresor de la langue françoyse. .